Je suis issue du travail social. Mon cheminement professionnel m’a amenée à m’intéresser à diverses problématiques.  Au fil des ans, je me suis enrichie au contact de toutes ces personnes, bénéficiaires de divers cadres institutionnels et de la collaboration d’un nombre certain de collègues.

Mon parcours a été jalonné d’expériences marquantes, de rencontres significatives et d’approches structurantes qui ont façonné mon attitude dans la vie et au travail.

Après 30 ans sur le terrain, mon installation comme indépendante va de pair avec la pratique de la supervision. Cette position, en-deçà de tout cadre institutionnel, avec une bonne connaissance du réseau, me paraît favorable  à la qualité du travail en supervision. Elle permet la confidentialité, la liberté de pensée  et de parole et la prise de recul du supervisé par rapport à son champ professionnel.

Je propose un lieu propice à la réflexion, à toute personne, sans restriction de domaine d’activité. A tout un chacun qui ressent l’envie, le besoin, la nécessité de prendre le temps de se situer ou de se resituer par rapport à son contexte professionnel.

Il est difficile, pour bon nombre de professionnels, dans le monde actuel agité et exigeant, de maintenir son intérêt et son équilibre personnel au travail.

La supervision est un lieu-ressource et un moyen de prévenir le burn-out, car elle permet d’aborder les différents aspects de la réalité professionnelle du supervisé.

La supervision est un lieu d’assimilation entre la théorie et la pratique, un lieu d’ajustement entre l’idéal et la réalité, un lieu d’intégration de multiples ressources. Cette démarche engage la personne de la superviseure et celle du supervisé dans un travail de réflexion et de mises en lien.